• Au commencement d’ÉcranBénin était Cornélia Glele, son talent, sa verve et ses idées

    Auteur : admin | 6 septembre 2019 | 382 views

Salut les amis, c’est toujours un plaisir d’être des vôtres ! Comme d’habitude c’est avec un grand enthousiasme que je reviens vers vous avec un nouvel article. Il ne s’agit pas du Cameroun cette fois-ci, mais du Bénin, du cinéma béninois, des écrans… Bref, il s’agit d’Écran Bénin.

Faire attention à toujours coller « Écran » et « Bénin », sa maman y tient beaucoup. Nous parlerons plus particulièrement de Cornélia Glele, ladite fondatrice d’ÉcranBénin. Une jeune Béninoise qui respire la jeunesse et qui par son amour du Bénin et des écrans veut – et je dirais même va – rehausser l’image et le prestige du cinéma béninois. Cela au Bénin d’abord, puis en Afrique, et enfin dans la monde.

Vous êtes prêts ? Cap vers l’aventure d’un blog qui porte le cinéma de tout un pays, et l’histoire de la passionnée de cinéma qui le pilote. EcranBénin, clap !

Au commencement d’ÉcranBénin était Cornélia Glele, son talent, sa verve et ses idées

Cornélia Laurence Nakponsè Glele, 21 ans, titulaire d’un Bac A, fait des études de journalisme et réalisation documentaire à l’ISMA et est actuellement en première année de cycle Master. C’est tout, pour commencer. Elle a réalisé deux films documentaires : « les Tam-Tams du silence » et « Blanc-Noir et heureux ».

Son second court-métrage Blanc-Noir et Heureux a remporté le prix du meilleur film documentaire au First Short Yaoundé (Cameroun). Il a été sélectionné dans deux grands festivals tels que le festival international de film de Zanzibar (Tanzanie) Africlap Toulouse (France) et il a fait sa première américaine le 27 septembre dernier à New York dans la prestigieuse université américaine Sunny Purchase. Rien que ça… Prenons-en de la graine un peu.

On continue ? Non c’est bon là. Intéressons-nous de plus près à EcranBénin.

admin

Tags :




Commentaire